Quelques conseils de pro pour se mettre en valeur au niveau professionnel

emploiQuelle que soit la situation professionnelle, il est toujours bon de se mettre en valeur afin de pouvoir évoluer professionnellement. Cela inclut de parler de ses qualités personnelles tout en usant d’astuces basiques. C’est valable autant pour les personnes déjà en poste que pour ceux recherchant encore un emploi. Savoir se mettre en valeur est un atout à la portée de tout le monde, qu’il ne faudra pas mésestimer.

 

Se mettre en valeur lors d’un entretien

Quand on parle d’entretien, il faut toujours savoir se vendre. Il y a des astuces simples à adopter afin de mettre en avant ses qualifications et ses compétences et ainsi réussir l’entretien en question. Avant tout, il faudra être précis afin de transmettre clairement le message à celui ou celle qui fera passer l’entretien.

Aussi, il faut savoir que la manière de faire apparaître un adjectif sera plus importante que le mot en lui-même. Donc, il faudra toujours user de la forme positive au lieu de mettre une négation dans ses phrases. Lors de l’usage de l’adjectif, il faudra éviter les adverbes. Il va sans dire qu’il faudra utiliser des adjectifs positifs pour se décrire. Sinon, concernant les défauts, il faudra choisir des défauts qui positiveront encore comme la timidité, la bavardise, ou encore le fait d’être maniaque et autoritaire.

Se mettre en valeur en emploi

Quand on veut se mettre en valeur professionnellement alors qu’on est déjà engagé dans un poste, l’usage de quelques bases pourra aider grandement. Avant tout, il faudra avoir le look pour l’emploi afin que cela joue sur sa crédibilité face à l’emploi. Aussi, il sera important de faire des comptes rendus aux supérieurs hiérarchiques pour marquer leurs esprits. L’assiduité est une grande qualité, mais il faudra aussi observer régulièrement les autres afin de comprendre leurs impératifs et leurs problèmes pour mieux appréhender l’entreprise.

S’ajoute à cela le fait de prendre la parole en réunion afin d’en être un acteur incontournable. Bien sûr, il va sans dire qu’il sera important de créer une certaine complicité ou une entente cordiale avec les N+1 afin de faire partie de la liste des futures promotions.

Le cabinet de recrutement : une solution pour faciliter la recherche des cadres

entretien-cabinet-conseil

La recherche de cadres compétents pour son entreprise est un processus qui peut durer longtemps. Heureusement, un nouveau secteur de service a fait son apparition récemment. Il s’agit du cabinet de recrutement. Ce type d’agence met ses compétences au service des sociétés afin de les aider à s’entourer vite et bien. Il ne faudrait pas non plus se précipiter et choisir un candidat peu recommandé.

Les rôles du cabinet de recrutement

Les cabinets de recrutement s’adonnent à deux tâches : aider les personnes à la recherche d’emploi et assister les entreprises dans la recherche de leurs cadres. Pour cette dernière, l’agence procède à plusieurs étapes de sélection avant de proposer des candidats potentiels à leurs clients. L’objectif premier de ce type de recours est bien entendu de gagner du temps.

Déléguer la recherche de mains d’œuvre à ces bureaux offre plusieurs avantages. Le recrutement personnalisé garantit aux entreprises que les critères qu’ils ont définis seront respectés. De plus, le tri des dossiers de candidature se fera de manière rigoureuse évitant de faire perdre du temps aux entretiens. Après cette étape, seuls les meilleurs seront sélectionnés et présentés aux sociétés qui auront le dernier mot.

Service de recherche de cadres à Tours

Faciliter la recherche des cadres est un pari gagné grâce aux agences de recrutement. Notamment, Conseil Bering est un cabinet de recrutement à Tours offrant des services d’embauche de cadres et d’experts de haute qualité et pour tous les prix. Conseil Bering compte aussi de nombreux experts intervenant sur tous les domaines.

Les cabinets de recrutement professionnels sur Tours, proposent en général un accompagnement en tout temps dans la gestion des ressources humaines et dans la définition des postes à l’intégration des collaborateurs. Leurs services comprennent entre autres:

  • la rédaction d’annonce,
  • l’élaboration des plans médias,
  • la sélection des dossiers,
  • l’entretien de recrutement et le conseil à la décision.

Tout ceci dans le but de mieux assister les dirigeants.

Quelques ficelles pour être embauché

Pour être embauché, il faut savoir surprendre les recruteurs en moins d’une minute. Donner une bonne impression à ces derniers est fondamental. Ils se feront obligatoirement un avis sur vous, cela même avant que vous commenciez à prendre parole. C’est une règle à laquelle aucun recruteur ne peut y échapper. Il est dès lors recommandé de ne jamais gâcher l’occasion de refléter une bonne image de soi.

quelques-ficelles-pour-etre-embauche

Ayez le sens de la ponctualité

Le non-respect de la ponctualité est pour la grande majorité des recruteurs une erreur sur laquelle ils ne transigent pas. En effet, c’est le premier indice qui incarne votre personnalité aux yeux des recruteurs. Être ponctuel s’avère être une qualité simple, mais sachez qu’elle peut en dire beaucoup. En considérant la situation de manière plus attentive, la ponctualité peut à la fois englober votre précision, votre sens de l’organisation et surtout votre sérieux. Le retard est de toute évidence une faute grave. Quant au fait d’arriver trop en avance, vous risquerez rapidement de vous impatienter et de vous stresser. Sans oublier que vos applications à la préparation de votre entrevue pourront tomber complètement dans l’eau. L’idéal serait d’arriver un peu à l’avance du rendez-vous.

Préparez-vous physiquement et psychologiquement

Votre présentation ne se résume pas uniquement aux informations mentionnées dans votre CV. Votre apparence et votre tenue jouent également un grand rôle dans ce domaine. Il faut alors être astucieux dans le choix des vêtements que vous porterez tout long de votre entrevue. Il va sans dire que le respect de la propreté est la meilleure façon de faire bonne impression. En outre, faites en sorte de bien vous sentir dans votre peau. . Un candidat suscitant un intérêt particulier peut être un bon investissement pour les recruteurs. C’est un signe d’efficacité et de brillance. Rappelez-vous, néanmoins que les habillements ainsi que les chaussures neuves sont déconseillés

 

Pour ce qui est de la préparation psychologique, vous devez toujours être prévoyant. Munissez-vous de votre CV pour servir de support. Lors d’un entretien, vous serez parfois amené à en dire plus sur quelques points mentionnés dans votre CV, sur vos compétences ou encore votre maîtrise des techniques. N’oubliez pas que les recruteurs vous évalueront en tout temps. L’anticipation et la prévoyance sont des qualités qui vous seront d’une très grande aide. Préparez en amont des exemples tangibles de vos réalisations tout au long de votre parcours professionnel, des références qui pourront vous recommander…

Ayez confiance en vous

Être vous-même et avoir confiance en vous et en vos qualités professionnelles sont les règles d’or pour être embauché. Une fois que vous les respectez, vous bénéficierez d’une grande aisance à vous exprimer. Aussi, ayez la bonne habitude de réfléchir tout en soutenant le regard. En regardant vos interlocuteurs, vous réussirez à maintenir le fil de la communication et vous convaincrez facilement les recruteurs de vous embaucher. Dans le cas où vous aurez à vous entretenir avec plusieurs interlocuteurs, faites l’effort de vous adresser à tous. Vous concentrer sur une seule personne vous fera du tort. Pour finir, avec une bonne poignée de main, vous démontrerez succinctement votre indice de confiance en soi. C’est un simple geste qui pourrait apporter une grande différence à la nature de votre entretien en brisant la glace au cours de la prise de contact.

Comment trouver un emploi au Canada

Le Canada est un pays où la législation du travail est encore souple. La mobilité professionnelle y est forte et les opportunités de travail sont abondantes. Dans ce pays, rechercher un travail est à la portée de tous. En effet, il fait partie des rares pays dont les différents secteurs d’activité font face à une pénurie de main-d’œuvre (métiers techniques, spécialisés, qualifiés, manuels et artisanaux).

comment trouver un emploi au Canada

 

Obtenir un permis de travail

Le visa n’est pas obligatoire pour les Français souhaitant travailler au Canada. L’obtention d’un permis de travail est par contre requise, à l’exception de quelques professions (artistes, employés au sein d’un campus, conférenciers, militaires, etc.). Pour obtenir un permis de travail au Québec, il faut disposer d’un certificat d’acceptation du Québec.

Différents types de permis de travail sont proposés dans ce pays. Avec un diplôme français, il est possible de demander un permis de travail temporaire. Un visa de résidence permanente peut également être demandé si l’on souhaite immigrer.

Afin d’obtenir ces deux types de documents, il faut avoir justifié d’un an d’expérience dans un emploi à temps plein au minimum. Peu importe le lieu d’exercice du métier (France ou autre pays). L’important est que l’expérience soit relative au secteur d’activité dans lequel le candidat souhaite intégrer. Un contrat de travail ou une lettre d’un employeur permettant de prouver que le candidat dispose d’une offre d’emploi réservé en son nom au Canada sont des documents qui peuvent substituer la justification des expériences.

Utiliser différentes méthodes pour la recherche

Afin de trouver un emploi au Canada en un rien de temps, il est recommandé de consulter différentes sources en fonction du poste convoité. Pour ce faire, il est possible de faire appel à différentes sortes de méthodes.

Faire une recherche sur Internet est la méthode la plus simple et la plus efficace de nos jours. D’ailleurs, c’est la méthode la plus usitée de toutes, car elle réunit tous les secteurs d’activités et sur tous les territoires canadiens. En effet, il existe de nombreux sites qui proposent une multitude d’offres. Il est également possible de se rendre directement sur la page web des entreprises.

Faire appel aux services des agences de recrutement est aussi une autre façon très simple de trouver un emploi au Canada. Ces derniers répondent aux attentes des travailleurs et même des sociétés en fonction du secteur d’activité et de la localité. Certains d’entre eux se livrent principalement à des emplois à court terme ou à des contrats à durée déterminée.

Au Canada, il existe également des centres de carrières. Ils peuvent accompagner les candidats au cours de la recherche d’emploi. Ils peuvent notamment orienter dans le choix de leur recherche afin de dénicher le bon travail ou encore pour augmenter les chances de se faire embaucher. Différents cours, salons ou encore ateliers d’écriture sont les approches qu’ils utilisent.

Les Ressources Humaines et Développement des Compétences au Canada ou HRSDC est un organisme fédéral de l’État au Canada. Ce dernier propose tout un panel de travail sur la totalité du marché de travail dans ce pays. Dans la pratique, l’HRSDC propose diverses offres ayant pour but de venir à la rescousse de toute personne à la recherche de travail. Pour ce faire, il organise des entretiens de motivations en guise d’entrainement ou encore des ateliers d’écritures.

Comment travailler en Suisse ?

Si vous cherchez un pays pour travailler, la Suisse constitue l’une des destinations professionnelles les plus appréciées au monde. Une meilleure qualité de vie, une économie active et des salaires intéressants, tout est fait pour vous attirer. En outre, la signature des accords bilatéraux entre l’Union Européenne et la Suisse a permis de faciliter l’accès au marché de travail pour les Européens. Suivez le guide qui vous accompagnera pour un travail en Suisse.

comment travailler en Suisse romande

Quel permis de travail ?

Les citoyens de l’Union Européenne qui souhaitent exercer une activité professionnelle en Suisse doivent avoir un permis de travail. Pour un travail inférieur à trois mois, il est nécessaire de vous déclarer auprès de l’administration de l’autorité cantonale sur les questions d’immigration. C’est votre employeur qui se chargera de faire ces démarches.

Pour une période supérieure à trois mois, il faut impérativement un permis de travail. Il en existe 4 types selon la nature et la durée de validité de votre séjour. D’abord, le permis L ou autorisation de courte durée qui vous est délivrée si votre contrat de travail se situe entre quatre mois et un an. C’est un permis qui est valable pour une année. Une fois cette période dépassée, cette autorisation se transforme en livret B ou autorisation de séjour. Ce permis est dédié aux ressortissants de l’UE qui ont un contrat de travail d’une durée supérieure ou égale à un an. Pour cela, il est nécessaire de procurer une attestation de travail d’au moins 12 mois. Le livret B est renouvelable et valable pour cinq ans. Pour ceux qui souhaitent s’installer en Suisse pour plus de cinq ans, il leur faut l’autorisation d’établissement ou livret C. Avec une durée de validité illimitée, cette autorisation permet aux ressortissants d’accéder à d’autres professions libérales. Enfin, vous avez l’autorisation frontalière ou permis G qui est délivré aux ressortissants de l’UE qui comptent travailler en Suisse. En effet, ce permis exige un contrat de travail en Suisse d’au moins un an ou d’une durée indéterminée.

Pour avoir ces permis, d’autres dossiers vous seront demandés notamment le passeport, une attestation d’emploi ou encore le formulaire d’autorisation de séjour.

Conditions de travail

La Suisse est connue pour ses bonnes conditions de travail. En moyenne, la durée du travail est de 42,3 heures par semaine avec 20 jours ouvrés de congé payé. En Suisse, sachez qu’il n’y a pas de droit au maintien dans l’emploi, ce qui veut dire que le licenciement est autorisé à tout moment. Néanmoins, une sorte d’indemnisation sera remise au travailleur en forme de compensation. Une indemnisation inférieure ou égale à six mois de salaire.

Il faut savoir que la loi suisse n’exige pas de salaire minimum pour les travailleurs. Voilà pourquoi, le niveau de salaire dépend de la région et de la branche. Toutefois, certaines branches utilisent les conventions collectives de travail ou CTT. Cette convention se fait entre un ou des employeurs et les syndicats. En effet, elle comprend des dispositions sur les rapports de travail fixant parfois le salaire minimum. Il se peut même que les CCT fixent la durée hebdomadaire de travail ou le nombre de jours de vacances. N’oubliez pas que le salaire convenu dans le contrat de travail est un montant brut. Des cotisations sociales (bien plus faibles qu’en France) à déduire sont prévues par la législation.

Comment trouver un emploi en Suisse

Trouver un emploi en Suisse peut-être un vrai parcours du combattant, notamment lorsqu’on ne dispose pas des bonnes méthodes. Effectivement, les moyens utilisés pour postuler en Suisse ne sont pas complètement semblables à celles qu’on utilise en France. Il est donc important que votre recherche se fasse dans les bonnes conditions en vue d’optimiser vos chances.

comment trouver un emploi en Suisse

Bien s’informer

En général, postuler pour un grand nombre d’entreprises est la première chose qui nous vient en tête lorsqu’on recherche un emploi. Cependant pour trouver un travail en Suisse, il est conseillé de ne pas trop précipiter les choses. Cette recommandation est notamment indiquée pour toutes personnes étrangères n’ayant encore jamais exercé une profession en Suisse. En réalité, la recherche d’emploi dans cette région ne se repose pas uniquement sur la chance. Elle consiste surtout à avoir le maximum d’informations nécessaires (démarches à suivre, l’état actuel du secteur d’activité, les entreprises cibles…), à être doué de bon sens et à savoir s’organiser. Pour se faire, le Web ainsi que les réseaux professionnels peuvent être d’excellentes sources d’informations pour travailler en Suisse.

Cette première étape vous permettra de bien vous préparer à la rédaction de vos lettres de motivations et de votre Curriculum Vitae ; des pièces cruciales pour toutes candidatures. Elle vous permettra également de comprendre d’emblée si votre profil est convoité sur le marché suisse.

Avoir un permis de travail

Les étrangers ne peuvent pas travailler librement en Suisse. Dans cette région, le marché de l’emploi est normalisé par un « permis de travail suisse ». Fourni par les autorités cantonales, ce permis de travail fait automatiquement et obligatoirement partie des documents afin de pouvoir exercer un métier. Selon le type de permis de travail souhaité, les démarches à suivre pour son obtention peuvent être réalisées par le candidat ou par l’entreprise elle-même. Les ressortissants de l’Union Européenne ont plus de chance de l’obtenir et de pouvoir travailler en Suisse. Il suffit qu’ils détiennent un contrat de travail ou encore d’une promesse d’embauche. Important : C’est l’employeur qui fait la demande de permis, un candidat n’a rien à faire concernant ce document administratif. Les ressortissants extracommunautaires ont par contre une chance infiniment petite pour se voir accorder ce permis. En effet, ils ne sont pas privilégiés sur le marché de l’emploi en Suisse. Pour ainsi dire, s’ils souhaitent être embauchés, ils doivent présenter un profil dont les caractéristiques se révèlent toute à fait particulières afin d’obtenir l’autorisation.

Avoir un CV et une lettre de motivation réussis

Il va sans dire que le curriculum vitae et la lettre de motivation figurent parmi les ingrédients indispensables pour attirer l’attention des recruteurs en vue d’obtenir un entretien. Mettez donc toutes les chances de votre côté en faisant en sorte que ces derniers soient réellement originaux et personnalisés. Par contre, la moindre erreur qu’ils contiennent vous mènera obligatoirement vers le rejet de votre candidature. Ces deux éléments doivent alors répondre aux normes exigées sur le marché suisse.

Tous les candidats, qu’ils soient suisses ou étrangers, sont alors invités à fournir un CV suisse avec toutes ses spécificités au risque d’être pénalisé. Ce dernier devra, par conséquent, contenir plusieurs rubriques obligatoires : identité ou informations personnelles, formation, expérience professionnelle ainsi que références. Les rubriques « compétences » et « projets personnels » sont par contre facultatives. En ce qui concerne la forme, il n’est pas obligatoire de résumer un CV suisse sur une seule page. Il peut être présenté sur 2 pages et plus sans toutefois faire trop d’étalage.