Comment travailler en Suisse ?

Si vous cherchez un pays pour travailler, la Suisse constitue l’une des destinations professionnelles les plus appréciées au monde. Une meilleure qualité de vie, une économie active et des salaires intéressants, tout est fait pour vous attirer. En outre, la signature des accords bilatéraux entre l’Union Européenne et la Suisse a permis de faciliter l’accès au marché de travail pour les Européens. Suivez le guide qui vous accompagnera pour un travail en Suisse.

comment travailler en Suisse romande

Quel permis de travail ?

Les citoyens de l’Union Européenne qui souhaitent exercer une activité professionnelle en Suisse doivent avoir un permis de travail. Pour un travail inférieur à trois mois, il est nécessaire de vous déclarer auprès de l’administration de l’autorité cantonale sur les questions d’immigration. C’est votre employeur qui se chargera de faire ces démarches.

Pour une période supérieure à trois mois, il faut impérativement un permis de travail. Il en existe 4 types selon la nature et la durée de validité de votre séjour. D’abord, le permis L ou autorisation de courte durée qui vous est délivrée si votre contrat de travail se situe entre quatre mois et un an. C’est un permis qui est valable pour une année. Une fois cette période dépassée, cette autorisation se transforme en livret B ou autorisation de séjour. Ce permis est dédié aux ressortissants de l’UE qui ont un contrat de travail d’une durée supérieure ou égale à un an. Pour cela, il est nécessaire de procurer une attestation de travail d’au moins 12 mois. Le livret B est renouvelable et valable pour cinq ans. Pour ceux qui souhaitent s’installer en Suisse pour plus de cinq ans, il leur faut l’autorisation d’établissement ou livret C. Avec une durée de validité illimitée, cette autorisation permet aux ressortissants d’accéder à d’autres professions libérales. Enfin, vous avez l’autorisation frontalière ou permis G qui est délivré aux ressortissants de l’UE qui comptent travailler en Suisse. En effet, ce permis exige un contrat de travail en Suisse d’au moins un an ou d’une durée indéterminée.

Pour avoir ces permis, d’autres dossiers vous seront demandés notamment le passeport, une attestation d’emploi ou encore le formulaire d’autorisation de séjour.

Conditions de travail

La Suisse est connue pour ses bonnes conditions de travail. En moyenne, la durée du travail est de 42,3 heures par semaine avec 20 jours ouvrés de congé payé. En Suisse, sachez qu’il n’y a pas de droit au maintien dans l’emploi, ce qui veut dire que le licenciement est autorisé à tout moment. Néanmoins, une sorte d’indemnisation sera remise au travailleur en forme de compensation. Une indemnisation inférieure ou égale à six mois de salaire.

Il faut savoir que la loi suisse n’exige pas de salaire minimum pour les travailleurs. Voilà pourquoi, le niveau de salaire dépend de la région et de la branche. Toutefois, certaines branches utilisent les conventions collectives de travail ou CTT. Cette convention se fait entre un ou des employeurs et les syndicats. En effet, elle comprend des dispositions sur les rapports de travail fixant parfois le salaire minimum. Il se peut même que les CCT fixent la durée hebdomadaire de travail ou le nombre de jours de vacances. N’oubliez pas que le salaire convenu dans le contrat de travail est un montant brut. Des cotisations sociales (bien plus faibles qu’en France) à déduire sont prévues par la législation.

Comment trouver un emploi en Suisse

Trouver un emploi en Suisse peut-être un vrai parcours du combattant, notamment lorsqu’on ne dispose pas des bonnes méthodes. Effectivement, les moyens utilisés pour postuler en Suisse ne sont pas complètement semblables à celles qu’on utilise en France. Il est donc important que votre recherche se fasse dans les bonnes conditions en vue d’optimiser vos chances.

comment trouver un emploi en Suisse

Bien s’informer

En général, postuler pour un grand nombre d’entreprises est la première chose qui nous vient en tête lorsqu’on recherche un emploi. Cependant pour trouver un travail en Suisse, il est conseillé de ne pas trop précipiter les choses. Cette recommandation est notamment indiquée pour toutes personnes étrangères n’ayant encore jamais exercé une profession en Suisse. En réalité, la recherche d’emploi dans cette région ne se repose pas uniquement sur la chance. Elle consiste surtout à avoir le maximum d’informations nécessaires (démarches à suivre, l’état actuel du secteur d’activité, les entreprises cibles…), à être doué de bon sens et à savoir s’organiser. Pour se faire, le Web ainsi que les réseaux professionnels peuvent être d’excellentes sources d’informations pour travailler en Suisse.

Cette première étape vous permettra de bien vous préparer à la rédaction de vos lettres de motivations et de votre Curriculum Vitae ; des pièces cruciales pour toutes candidatures. Elle vous permettra également de comprendre d’emblée si votre profil est convoité sur le marché suisse.

Avoir un permis de travail

Les étrangers ne peuvent pas travailler librement en Suisse. Dans cette région, le marché de l’emploi est normalisé par un « permis de travail suisse ». Fourni par les autorités cantonales, ce permis de travail fait automatiquement et obligatoirement partie des documents afin de pouvoir exercer un métier. Selon le type de permis de travail souhaité, les démarches à suivre pour son obtention peuvent être réalisées par le candidat ou par l’entreprise elle-même. Les ressortissants de l’Union Européenne ont plus de chance de l’obtenir et de pouvoir travailler en Suisse. Il suffit qu’ils détiennent un contrat de travail ou encore d’une promesse d’embauche. Important : C’est l’employeur qui fait la demande de permis, un candidat n’a rien à faire concernant ce document administratif. Les ressortissants extracommunautaires ont par contre une chance infiniment petite pour se voir accorder ce permis. En effet, ils ne sont pas privilégiés sur le marché de l’emploi en Suisse. Pour ainsi dire, s’ils souhaitent être embauchés, ils doivent présenter un profil dont les caractéristiques se révèlent toute à fait particulières afin d’obtenir l’autorisation.

Avoir un CV et une lettre de motivation réussis

Il va sans dire que le curriculum vitae et la lettre de motivation figurent parmi les ingrédients indispensables pour attirer l’attention des recruteurs en vue d’obtenir un entretien. Mettez donc toutes les chances de votre côté en faisant en sorte que ces derniers soient réellement originaux et personnalisés. Par contre, la moindre erreur qu’ils contiennent vous mènera obligatoirement vers le rejet de votre candidature. Ces deux éléments doivent alors répondre aux normes exigées sur le marché suisse.

Tous les candidats, qu’ils soient suisses ou étrangers, sont alors invités à fournir un CV suisse avec toutes ses spécificités au risque d’être pénalisé. Ce dernier devra, par conséquent, contenir plusieurs rubriques obligatoires : identité ou informations personnelles, formation, expérience professionnelle ainsi que références. Les rubriques « compétences » et « projets personnels » sont par contre facultatives. En ce qui concerne la forme, il n’est pas obligatoire de résumer un CV suisse sur une seule page. Il peut être présenté sur 2 pages et plus sans toutefois faire trop d’étalage.